A bas l'évolutionnisme ! On fait tout et n'importe quoi avec cette Idée, c'est quand même la base de l'idéologie capitaliste, rebaptisée libéralisme, mais qu'on devrait donc plutôt appeler Darwinisme économique.
th_oryDans un petit article en commentaires sur le Flying Spaghetti Monster  sur "Libération.fr" très instructif au sujet de l'ambivalence américaine quand au Darwinisme. 48% des américains pensent que l'évolution serait plus le fait d'une intervention divine que d'un mécanisme naturel, d'où la popularité du dessein intelligent là bas. Mais en même temps adhèrent totalement à la sélection "naturelle" en matière économique.

Mais ce système économique libéral n'est pas le plus efficace. Ah bon ?

Certes on a pas encore trouvé mieux que la compétitivité pour booster l'économie, nonobstant l'écologie en pâtit, sans parler de la crise financière. SOSMais la stratégie des entreprises ne consiste pas tant à fabriquer les produits les plus utiles et performants au profit du plus grand nombre, que d'appliquer une politique hégémonique en empêchant les petits concurrents de commercialiser efficacement de meilleurs produits qu'eux. Ce qui est globalement contre productif.

Le système politique, bâti sur le même hégémonisme, favorise l'accession de ceux qui savent bien jouer des coudes, plutôt que les meilleurs (étant entendu que c'est le plus retord qui est le meilleur) : Les foules badent devant un candidat qui "maîtrise" bien sa "com.", c'est assurément quelqu'un de capable puisqu'il arrive à nous faire avaler des couleuvres.

Mais ces tenants de cette sélection naturelle se trompent, Dans la nature la suprématie du groupe se détermine dans des joutes , parfois mortelles même. Je propose donc de rétablir des combats de gladiateurs pour les aspirants PDG ou politiques : Tant qu'à faire dans la sélection naturelle, autant faire les choses dans les règles de l'art.

Ainsi dans l'hégémonie Darwinienne des espèces, on pourra remarquer que les dinosaures ornithichiens herbivores n'ont pu produire aucun carnivore en 170 millions d'années tout de même (forcément puisqu'il n'ont été créé qu'il y a 5000 ans !). DeinonichusLes dinosaures saurichiens détenaient le monopole du règne carnivore. En effet tout nouvel herbivore ayant des velléités carnivores, se heurtait d'emblée à la concurrence des Saurichiens, bien trop spécialisés pour être concurrencés par un nouveau venu au départ pataud en la matière. Les nouveaux carnivores descendaient donc d'autres carnivores, car ayant déjà le pied à l'étrier d'emblée. Avec les grosses entreprises c'est pareil.

Il faut une extinction massive pour pouvoir remettre les compteurs à zéro, et permettre aux mammifères, par exemple, de prendre la place vacante. L'apparition de l'humain y serait plus dû au hasard d'un petit caillou venu de l'espace que de la sélection naturelle, qui sans lui, aurait laissé maître les dinos sur terre. Tss, n'importe quoi ; L' a servi à quoi le Monstre à votre avis ?

Aussi, le Darwinisme serait arrivé à son terme. Il suppose une évolution en terme de lignée génétique, une continuité linéaire de la transmission des gènes.

Déjà l'humain manipule les gènes de la faune et de la flore afin de potentialiser les qualités de ses produits de consommations, voir éradiquer des nuisibles (des moustiques stériles sont lâchés par millions pour désorganiser la reproduction de l'espèce). Ces balbutiements deviendront efficients à terme, et surtout s'appliqueront aux humains in fine.

On empêchera pas les milliardaires de trouver des scientifiques pour le faire à leur descendance, et à eux même à terme, contre espèces sonnantes et trébuchantes : Le prochain Michael Jackson deviendra génétiquement blanc. Les "classes moyennes" suivront avant que les militaires et les industriels ne s'occupent de la question. Les règles d'étiques ralentiront le mouvement... mais ne l'empêcheront pas.

Des humains amphibies, volants, à l'intelligence, la vue et l'ouïe super-affutées verront le jour, doués de force surhumaine etc... Aussi adaptés aux voyages spatiaux : ; ; ; ; ; ci dessous le modèle du futur :

anatomie

Bref, la sélection naturelle jouerait toujours son jeu, mais après manipulation génétique. C'est à dire que la transmission des gènes ne sera plus linéaire, mais transversale : des gènes pouvant être transmis d'une espèce à l'autre. Voir à terme plusieurs espèces "intelligentes" seront appelées à vivre ensemble, car complémentaires : La reproduction entre ces mutants n'étant plus forcément assurées (certains spécimen seront sans doute conçus stériles - mais d'aucun échapperont au contrôle).

En ce sens la préservation de la bio-diversité serait essentielle : Parmi les espèces qui disparaissent, certaines possèdent surement des gènes essentiels à nos problèmes génétiques (résistance aux cancers, sida etc...).Bon c'est de la Science fiction est on sait ce que la science vaut aux yeux de sa Chafouinité.

Ainsi notre système libéral devrait prendre exemple sur ce futur déjà engagé : Bon les synergies-fusions sont déjà de cet ordre. Mais peut mieux faire dans la prise de risque dans l'émergence de petites structures innovantes face aux trusts et monopoles, d'aide aux défavorisés (micro crédits) pas forcément juteux, maintient des petits services à vocation sociale. On tente de sauver de la sélection naturelle l'ours blanc, les baleines, les gorilles etc. mais on laisse les exclus du système économique crever darwiniquement dans l'assistanat misérabiliste au nom de la sélection naturelle, et on ferme les bureaux de poste, et écoles, hôpitaux et maternités dans les patelins par manque de rentabilité. Une infime partie des milliards investis pour sauver le système aurait suffit pour sauver le monde de la misère, mais ce n'est pas juteux. Ou quand l'idéologie issue du Darwinisme rime avec Malthusianisme ! . . . . .

Darwin_1Entendons nous bien, il ne s'agit pas tant de mettre sous perfusion les déshérités, que de leur mettre le pied à l'étrier dans de petites activités qui leur permettrait de vivre dignement. L'idéologie à l'oeuvre est le Darwinisme économique, et au delà celle du (des) peuples élus : Les pauvres ne "mériteraient" pas de s'en sortir, marqué par le péché originel dont "eux" ne seront pas sauvés Darwiniquement, contrairement à nous pourtant non exempt de ce prétendu péché. Mais aussi les "élus" dans leur adoration du Dieu "Argent" bousillent l'écologie planétaire, et les populations du Sahel, du Bangla Desh et autres sont déjà sacrifiés sur l'autel du Darwinisme économique. Et on fustigera après ça les sacrifices humains des précolombiens : En termes numériques les "sacrifiés" du quart monde sont déjà hors de proportion avec les sacrifices religieux. En termes dignité et pertinence, ça vaut pas mieux : Vaut-il mieux mourir promptement sur un autel avec la reconnaissance de tout un peuple, où être sacrifiés à petit feu en méditant longuement sur le "fait" qu'on est lamentable (même pas cap' de s'en sortir Darwinement par nous-même), ceci dans l'ignorance des responsabilités réelles ?

Rappelons tout de même que l'évolution n'existe pas : Le monde n'a que 5000 ans et tout ce qui se perd ne sera pas recréé, à moins d'une autre cuite mémorable de sa Monstruosité Généticienne. Et la faute originelle c'est la cuite de notre créateur lors de la genèse... Générant absurdités et inégalités : le seul tord d'un Bengali est d'être né là bas, le seul mérite souvent de l'élite est d'être née dans un berceau doré. Question religion, le seul mérite d'un bon Musulman croyant est dû bien souvent au fait d'être né en milieu Musulman, sinon il aurait été Chrétien, Athée, paien ou autre, et vis versa. Un peu de tolérance donc, pour peu nous aurions été l'autre : Vanité de croyances largement dues à un certain déterminisme.

Sinon, c'est bien d' hégémonisme économique dont on parle. pour garder pignon sur rue, il faut refouler la piétaille qui piaffe à l'entrée. Espérons que la Chine et l'Inde adopteront un autre point de vue le jour où ils nous auront relégués aux strapontins : Et si nous leur donnions l'exemple avant qu'il ne soit trop tard ?

ara2Aussi, l'humanité devra sans doute faire face à une extinction massive un de ces quatre. Non seulement il lui faudra préserver sa continuité, mais aussi celles des espèces utiles à sa survie. En effet si une catastrophe similaire à celle de la disparition des dinosaures devait survenir, à quoi servirait la survie de l'espèce, si au sortir elle devait faire face à une pénurie de végétaux et animaux consommables, voire nécessaire à la régénéressence de l'oxygène et des océans. Notre "Arche de Noé" sera peut-être une banque de gènes congelés. Les dinos ont loupé le coche : Ils n'ont jamais su confectionner de costume de pirate (quoi que leur mode de vie s'y apparentait).

Ne survivront pas tant les organismes adaptés à la catastrophe, que ceux qui auront été sélectionnés pour être régénérés in fine. un bel exercice d'eugénisme en perspective. A suivre à ce propos la colonisation de Mars, ou comment recréer un écosystème viable sur une planète dévastée ? (et Mars signifie Marseille en marseillais !)

Nonobstant, rappelez vous que nous aurons affaire in fine à l'extinction du soleil, de la galaxie, puis au big crunch ! Tout ceci ne sera qu'une mise en bouche à coté de ces défis à priori insurmontables... mais nous avons le temps de voir venir...

Car enfin, maints organismes sont adaptés avant catastrophe, et le seraient après cataclysme s'il ne sont pas décimés entre temps : L'ours blanc risque de disparaitre, même s'il serait parfaitement adapté à une prochaine glaciation... La sélection naturelle est une connerie en l'occurrence. Car ne survivent naturellement que les organismes capables d'absorber la catastrophe, mais dès le retour à la normale les organismes s'adaptent à la nouvelle donne (qui ressemble à la précédente globalement), c'est à dire aussi à un environnement clément : ils dégénèrent et se déclinent de nouveau en espèces pas forcément adaptées au prochain cataclysme (même pourtant du même ordre souvent). L'évolution ce serait aussi la dégénéressence. Dès qu'un problème n'est plus vital, les dégénéressences face à ce problème permettent néanmoins aux organismes de survivre : Pâleur de la peau en terres peu ensoleillées.

La sélection naturelle est naturelle (si, si ! ), ça veut pas dire qu'elle est toujours pertinente face aux cataclysmes. Pour paraphraser Stendal, on dira que la seule excuse de l'évolution c'est quelle n'existe pas. Il n'y a pas eu vraiment de cataclysme depuis la création du monde voici 5000 ans, et il n'y en aura pas pour peu qu'on s'habille en pirates.

Et puis surtout notre monde n'a plus vocation à être naturel, d'abord il est divin, et sauf à considérer justement l'humain comme une catastrophe naturelle, du moins un élément naturel : Aaâh l'égocentrisme !flag_pasta

Nos semences et animaux domestiques sont mis à l'abris des rigueurs de l'hiver depuis longtemps, et ne survivraient sans doute pas souvent à un retour à la vie sauvage : La "réussite" de certaines espèces n'est qu'une question de gestion humaine à son profit.

Question vie sauvage, elle ne devra sans doute dans l'avenir son salut qu'à l'intervention humaine : Avez vous visité le parc aux oiseaux de la Baie de Somme ? Un endroit extraordinaire où on peut encore voir une multitudes d'espèces volatiles sauvages. Ooôh... ce n'est pas une réserve naturellement préservée... Non c'est une carrière désaffectée, réaménagée afin que les différentes espèces sauvages y trouvent leur compte en matière d'écosystème (une fois en place il n'y a plus a y toucher). Bref ces espèces, migratoires pour la plupart, y trouvent un pied à terre inespéré dans leurs périples... Grâce au tourisme, et quelques passionnés d'ornithologie, piratant la sélection naturelle, plutôt qu'à celle-ci : Encore un contre exemple à méditer pour le Darwinisme économique.

L'évolution est une réalité persécutive qu'il va nous falloir apprendre à dépasser en terme d'évolution (vous me suivez ?), tant en termes de survies des espèces, qu'en termes économiques et culturels.

pirate_1

Michael Jackson s'est lourdement trompé : Etre blanc génétiquement n'est pas un must, dans un premier temps maint humains complexés suivront son exemple en se faisant tripatouiller l'ADN en ce sens, mais à terme chacun considèrera que le noir est très pratique en matière de résistance au soleil et cancers de la peau, et finalement ce tripatouillage l'emportera.

Notre Insagacité Nouillue Spacio-temporelle a fait notre monde un soir de débauche, et il n'est pas parfait : à nous de veiller à corriger ses erreurs, en premier l'évolutionnisme. Habillons nous donc en pirate et piratons cette raison qui n'en est pas une. Et que vive la flibuste contre le rationalisme idéologique.

In pesto veritas

Râmen                                                               Perdu? la carte aux trésors

carte4

 

compteurs